DELANO

The kids are allright

Teenagers of every generation have come in for a bad rap since the term became popular to describe those years between childhood and adulthood in the 1950s.

Today’s teens suffer from the usual misunderstandings -- they are sullen and indifferent, lack respect and general manners -- as well as a whole host of new aspersions about being addicted to technology. For its June print edition, published Friday, Delano set out to meet youngsters who could refute such clichés and ended up finding eight talented teens who proved to be eloquent and charming, fun and engaging, energetic and optimistic.

Then Delano speaks with two Red Cross interpreters who aid asylum seekers, the new UK and US ambassadors, finalists in a big fintech startup contest, Luxembourg researchers making home-grown discoveries, some people taking the “hell” out of “healthy living”, and the organisers of an annual ecological event.

Also in this issue: the LuxLeaks media circus; how a graphic designer is crafting Luxembourg’s beer museum; and a high school student shares three tips for the in-crowd.

Les jeunes vont bien

Depuis la popularisation, dans les années 50, du terme «ados», désignant cette période entre enfance et âge adulte, ces derniers n’ont cessé de faire l’objet d’idées reçues.
Les jeunes d’aujourd’hui sont jugés selon des critères récurrents: moroses et indifférents à tout, ils manqueraient de respect et de savoir-vivre, sans compter toute cette agitation autour de leur addiction aux nouvelles technologies. Pour son édition papier de juin, en kiosque vendredi 27 mai, Delano a décidé d’aller à la rencontre de jeunes démontant ces clichés, et s’est retrouvé face à huit ados talenteux: ils se sont avérés être aussi éloquents qu’adorables, drôles, engagés, énergiques et optimistes.

Delano a aussi discuté avec deux interprètes de la Croix-Rouge au service des demandeurs d’asile, les nouveaux ambassadeurs du Royaume-Uni et des États-Unis, des finalistes d’une grande compétition voyant s’affronter des start-up spécialisées dans les fintech, des chercheurs à l’origine de découvertes «made in Luxembourg», des personnes expliquant comment vivre plus sainement sans frustrations inutiles, ou encore avec des organisateurs d’un événement écologique annuel.

Également dans ce numéro: le cirque médiatique LuxLeaks, comment un graphiste se retrouve à l’origine de la création d’un musée de la bière au Luxembourg, et trois activités branchées selon une lycéenne.

€25.00 -